samedi, mars 18, 2017


UN REPAS GASTRONOMIQUE YIN-YANG ?


daction Le 17 mars 2017






Manger de façon gastronomique sans en avoir les retours négatifs ou douloureux est tout à fait possible !
La gastronomie est même une spécialité de la Vie Macrobiotique. Un passage intéressant et obligé !
C'est une évolution non pas usuellement alimentaire mais aussi une évolution de l’Esprit, de la Conscience : un marqueur qui indique son degré.

L’alimentation gastronomique appartient à la 3ème dimension de notre évolution humaine. C'est la 3ème dimension du Jugement (voir l'article sur les "7 dimensions de la Conscience").
Car se nourrir mécaniquement c'est à dire par "Réaction physique" appartient à l'étape primaire. Dite : ÉTAPE MÉCANIQUE ou "animale" comme celle du chien, du singe ou de la vache.
Plus de 95% des humains sur notre planète appartiennent à cette étape.
Non, ce n'est malheureusement pas une exagération ou une extrapolation extrême.
L'activité sexuelle à cette étape ne se différencie pas non plus de celle de l'animal sauf que chez les hominidés, il faut y ajouter la perversion et l'abus. Et très souvent son blocage ou sa pathologie : l'impuissance et la frigidité.


Quand la Conscience progresse par : le "Travail" + le "Temps + l'"Intervalle cosmique", alors on commence à manger selon un choix sensoriel.
C'est un état augmenté de la Conscience qui nous installe dans le monde des SENS. La nourriture devient SENSORIELLE.
La mangeur est alors dans la pleine conscience de la DIMENSION SENSORIELLE.
Puis avec le progrès les sens opèrent une transmutation d'abord "métabolique" puis "mentale" et ouvre le portail pour le monde du Sentiment.
C'est la DIMENSION SENTIMENTALE ou AFFECTIVE.
Nous mangeons alors selon nos sentiments, nos affects.
Les aliments qui étaient des produits consommables deviennent des gourmandises excitantes puis des perceptions affectives et émotionnelles.


La consommation mécanique se transforme en dégustation sensitive, sensorielle.
La nourriture affective vient après la nourriture sensorielle.
Le gourmet après le gourmand !
Le gourmet goute la nourriture plus qu'il ne la consomme.
Il en cherche un note, une fragrance mnésique des périodes adolescentes. Une fonction de la vie psychique qui va inspirer les premiers pas d'un retour à l'origine.
 
Un saut de plus et la dimension intellectuelle s'ouvre au prétendant audacieux. La nouvelle perception de sa vie intrapersonnelle lui trace la limite entre "monde externe" et "monde du dedans".
Il se détourne de la gastronomie pour se transformer en diététicien. Les aliments deviennent alors des nutriments. Ils remplacent les aliments, autrefois, maternels, infantiles, émotionnels pour évoluer en SUBSTANCES psychosomatiques.
Ces substances sont alors des formes rêvées dans le Corps magnétique...


Revenons à notre gastronomie.
Êtes-vous mangeur mécanique ou mangeur gourmand ?

Êtes-vous mangeur gourmand ou mangeur gourmet ?
Ou alors mangez-vous comme moi selon la méthode diététique YIN-YANG comme il m'arrive de le faire et souvent selon les cultures nourricières animistes (ancestrales).
La science du YIN-YANG se trouvant toujours à tous les étages de chaque style ou à toutes les dimensions de Vie humaine alimentaire


Notre gastronomie appartient à la troisième dimension de la Conscience (Jugement).
Vous voulez savoir dans quelle dimension vit ou appartient UNTEL : politique, religieux, nutritionniste, artiste, leader incontesté, philosophe, "gourou", "grand homme spirituel", "grand maître", critique gastronome, "thérapeute", "grand cuisinier", etc... ?
C'est simple : VOYEZ ce qu'il mange et comment il le mange selon le Principe YIN-YANG... C'est mieux que la sentence de Brillat-Savarin !
La nôtre est : Je VOIS ce que tu manges, comment tu le manges, et je SAIS
dans quel Monde tu VIS et pourquoi tu manges ainsi.
Le gastronome a le sentiment de manger les bonnes choses qui flattent l’âme de son affectivité. C'est l'amour sentimental exprimé par le canal de la nourriture. L’aliment n'est plus un palliatif de la faim ou
un produit sensoriel. Il est une expression affective qui mémorise les épisodes de l’enfance. Mais ce sentiment est aussi la faculté de développement de son Jugement par l'essence de l'aliment. L'aliment n'étant plus un produit mais une essence affective ! 
  
C'est le monde de Jean Brillat-Savarin, gastronome réputé qui aimait philosopher sur le principe de manger : "L'Homme qui s'indigère ou qui s’enivre, ne sait ni boire ni manger".  
Son fameux livre "La physiologie du gout" qui s'est très peu vendu au départ puis qui a fait la fortune de ceux qui en ont racheté les droits, est devenu le livre du "Bien savoir manger" dans toute l'Europe.
Il aimait Épicure dont il citait les sentences.
je traduis ici son idée essentielle et épicurienne : Manger chaque jour selon sa faim pour mieux gouter les mets avec l'art du gourmet.

Notre "Gastronomique" ne rime pas avec produits "tout venant" ou industriels ou trafiqués comme dans la plupart des restaurants ou des plats préparés industriels. Comme dans ces "Stores" ou "Markets" alimentaires qu'on appelle supermarché qui vendent du bas de choix qui instille jour après jour dans le sang puis dans les tissus des gens les futures maladies qui vont faire la fortune des industries "pharma" ou des multinationales de la chimie.

Quand j'entre dans un de ses "Centres" de produits "pré-pathologiques", j'en ai des frissons. Ils ressemblent à des aliments, ils ont la couleur sensorielle des aliments, la forme des aliments, le "toucher" des aliments, mais ils sont désincarnés.
Pour beaucoup d'entre-eux, il y a l’emballage ! Il est si bien conçu qu'il peut coûter jusqu’à la moitié du prix de vente !

Mais ce sont presque tous des produits morts. Il sont sans âme. C'est la nourriture du Dr. Frankenstein. Le rafistolage de plusieurs morts pour fabriquer une créature qui vit d'impulsions et de réflexes moteurs.
Ces produits morts ingérés par la mangeur, fabriquent de son "intérieur", sa masse cellulaire, des tissus made in
Frankenstein.L'invention de Frankenstein est très d’actualité. Observez les personnes atteintes des maladies neurodégénératives et des cancers. Voyez les traitements qui les dénaturent, qui les altèrent,  qui les déforment, qui les frelatent...
Voyez leur physionomie, leur attitude, leur comportement, leur "folie", voilà
Frankenstein toujours présent et multiplié par le nombre. 

Ils ont la coquille ou la forme semblables mais si vous avez l'expérience de votre corps magnétique, exerce-le ! Et vous verrez combien ils sont vides d'énergie. Il ont perdus leurs racines originelles. Ce sont ne sont plus des aliments près à construire vos tissus, renouveler vos cellules et surtout vous prodiguer leur énergie d'une mémoire de milliards d'années.

Que sont-ils ces aliments gastronomiques industriels que l’on trouve aussi dans presque tous les restaurants ?

Avec leur 500 additifs comme :
. Les colorants, le "make up" chimique ;
. Les conservateurs qui conservent la maladie surtout les stockent pour ne faire de futurs perturbateurs endocriniens.
. Les Anti-oxygènes....
. ...


Mais comment faire un repas gastronomique sans effets secondaires ?


Les effets compliqués ou secondaires se manifestent rapidement  chez :

. Ceux qui ont abusé des écarts ;
. Ceux qui ont abusé des alcools ;
. Ceux qui ont les organes de digestion (estomac - duodénum - foie - pancréas- intestins - reins ) affaiblis par la pharmaco-chimie, les accidents pathologiques (ulcères...) ou constitution congénitale ;
. Ceux qui ont abusé des drogues ou des psychotropes ;
. Ceux qui n'ont jamais mastiqué ou gobent leurs "produits alimentaires" pendant des années ;
. Ceux qui comparent leur corps à des tuyaux de plomberie et boivent des litres de tous liquides en quantité, même de l'eau, sans avoir soif. Des litres par jour depuis des années ; croyant ainsi nettoyer leur organisme ou éliminer les 'toxiques" par un "Karcher d'eau". Ils détruisent ainsi leur reins et leurs intestins.
. Ceux qui sont constipés ou ont des diarrhées impulsives ou compulsives.
. Ceux qui ne savent pas équilibrer leurs préparations alimentaires.
.....

 


Suite... 




****

Aucun commentaire: