lundi, janvier 02, 2017



GEORGES OHSAWA
ANNIVERSAIRE 18 OCTOBRE 2016



Écrit
le 18 octobre 2016.
Complété le 28 Déc 2016.

Please see the intégral English version in the following article.

Que suis-je ? Une Image de l'Expansion Infinie
What am I ? An Image of the Infinite Expansion


Georges OHSAWA – 1893-1966 – était un Philosophe et un Docteur thérapeute qui a vécu autant en Orient qu'en Occident tout au long de sa vie.
Créateur-Fondateur de la Macrobiotique. Il a inventé une nouvelle interprétation inédite des anciennes philosophies et médecines orientales qu'il a nommé PHILOSOPHIE ET SCIENCE D'EXTRÊME-ORIENT.
La Macrobiotique et la Philosophie du PRINCIPE UNIQUE, il les a propagées et transmises dans le monde entier : Japon, France (Europe), Inde, USA, Vietnam, Afrique, Russie,...
La méthode Macrobiotique est une des applications qu'il a principalement propagé alors qu'elle n'est qu'un système ou une base pour le développement de la Conscience Infinie. Ce que beaucoup ignorent.
Par exemple, il a aussi propagé l’acupuncture dans le monde occidental avec Soulié de Morant.
Mais aussi l'arrangement des fleurs, l'Ikébana (Son livre) ; le Judo (Son livre) ; l’Aïkido (Son Livre ; les premières démonstrations dans les Camps d'été macrobiotiques); le Zen (Les premiers pratiquants du Zazen en Europe étaient des macrobiotiques) ; etc...


Il a laissé le soin aux chercheurs suivants de mettre au jour les autres applications de la philosophie du Principe Unique.
Mais même pour un Maître, le temps est un « dieu » irrémédiable dans ce monde fictif et corrélatif.
Depuis ce mois d'octobre, où tant d'événements se préparent dans ce monde tourmenté, susceptible et vulnérable pour clore 2016 et arpenter 2017, le soleil est exceptionnellement radieux (YANG).
Plusieurs soirs, au crépuscule, nous avons même vu un soleil rouge, violet purpura (YIN), rond comme une parfaite prune bien mûre ou comme un iris au regard surfin et éminent. Un regard qui transparaît toutes les formes d'énergies colorées dans notre univers.

Quelques fois, des nuages stratus sont venus l'effleurer et même le masquer mais rien n'y fit, les émanations du dieu RaaH d’Akhenaton, dissipèrent ces vapeurs YIN pour répandre la brillance dorée de notre sphère. Même de gros cumulus et quelques pluies dépressives ne purent défaire les effluves de lumière de ce halo à la fois occulte et séraphique.
L'air était léger, sémillant, et même vernal, dans un climat naturellement propice à la méditation profonde sur l’origine de la nature de l'esprit.

Une éclipse annulaire en septembre est venue s'interposer et provoquer une « fenêtre cosmique » comme dans toute éclipse sensible à partir de la Terre. Mais la première vraie lune qui inscrivit cette équinoxe d’automne 2016 commençait son cycle de brillance avant son apogée vers ce milieu d’octobre. Elle manifestait déjà ses premières turbulences affectives et vivifiantes sur les êtres "vibrants" habitant sa grande sœur Terre, dans le champ de son intention. Tous les astres sont dotés d'Intention – différente de l’expression des Hommes – mais ceux-ci depuis plusieurs milliers d'années ont perdu régressivement cette captation surnaturelle à la découverte de leur propre « halo lunaire ».

L’automne a du mal à s’installer et on supposerait que l’été s'est allié au printemps pour refréner ses ardeurs. Je vois mon jeune cerisier qui colore d'un jaune fauve ses feuilles mais sans vouloir trop céder à leur chute et maintient son ardeur printanière. Il est entièrement naturel sans chimie et sans excitant. Progressivement, une prouesse de longévité émerge et révèle le travail effectué lors de sa plantation première... mais encore trop à l'étroit dans son pot.

En levant les yeux au ciel, par une « nuit claire », on peut apercevoir le grand carré de Pégase formé par ces quatre étoiles au nom arabe... Il y aurait des orientaux savants avant ceux d'occident ? Vite donnons-leur des noms latins ou grecs... !
La vision de ces astres merveilleux de ce mois d'octobre, mercure, mars et saturne, qui entrent en scène en surimpression à la voie lactée, me ramène constamment au principe de l'éphéméride.

Les astres, donc les entités cosmiques formées depuis des milliards d'années et leurs liens énergétiques, sont-ils capables de décrire ou de tracer nos destins ? Influer et imprimer la vie future de chacun de nous et même celle des parties du monde que nous habitons ?
Par quels mécanismes, par quels potentiels ?
Aurions-nous des liens invisibles avec les mondes qui nous entourent, avec ces astres si lointains, ces énergies rémanentes dans leur infinité ?
Est-ce vraiment possible pour celui qui possède cette connaissance secrète de décrypter leurs messages immémoriaux ?

Georges OHSAWA était un de ces Maîtres remarquables pour qui ces connaissances entraient dans un fondement naturel qu'il appelait le PRINCIPE UNIQUE et l'outil pour y accéder était le Compas YIN-YANG. Mais il fallait s'exercer à la Philosophie et la Science d’Extrême-Orient (Comprendre "d’Extrême-Orient" comme le monde primitif ou premier qui naît au soleil d'Orient) pour saisir ce Principe millénaire et Universel.

Il fonda une Méthode unique dans sa modernité et très efficiente dans son application qu'il appela la « Macrobiotique ».
Elle n'est pas un régime de simple longévité ou une hygiène alimentaire pour obtenir un « welfair » (bien-être) même si on peut l’appliquer comme un palliatif ou un médicament symptomatologique.
Retrouver la santé - se libérer de toute maladie - avec la méthode macrobiotique, c'est simple, efficace et méthodique.

Tout est lié : d'abord la "Technique spécifique d'éducation du corps" pour recouvrer une santé physiologique et biologique optimale, puis saisir la "Philosophie Extrême-Orient" pour accroître ses capacités mentales et psychiques et enfin atteindre les fonctions profondes de la Conscience par le "Principe Unique" et VIVRE la Liberté Infinie, la Justice absolue, le Bonheur Éternel. Et Rien d'autre !

Mais la synergie de ces trois "champs de vie" est non seulement indispensable et vitale mais elle est tout aussi existante dès le départ.
Comprendre la santé de son Corps (praxis) c'est commencer à saisir la Philosophie et le Principe.
C’est la clef de cette Philosophie, très ancienne et pourtant si moderne, qui rassemble en elle toutes les philosophies et sciences inventées par toutes "entités" terrestres depuis la création de notre histoire, de notre univers.
Je le dis ici à celui qui peut l'entendre... A celui qui a la capacité de le faire soi.

Georges OHSAWA est né le 18 octobre 1893, il y a 123 ans. Tandis qu'il est né au Japon afin de parachever son projet, il s'est toujours considéré comme un citoyen du Monde sans frontière et sans démarcation ethnique ou culturelle. Ce que beaucoup n'ont pas ou jamais compris.

Il est un des rares philosophes à l'Orient comme à l'Occident d'avoir reconstituer entièrement et éclairer les Sept dimensions de la CONSCIENCE. De la Conscience primaire à la Conscience Suprême.
Une échelle lumineuse des états de la Conscience que toute « âme qui vive » recherche à chaque instant de son existence.
Mais parmi ces rares Maîtres, il est probablement le seul (à l'aune de mon expérience) à avoir requalifié et exposé, sans défaut, sans dérivation, sans défectuosité, sans sophismes, et clairement, la MÉTHODE, le « Secret d’accessibilité », à cette Philosophie Suprême.

Une Méthode qui offre - car c'est un don - le manuel d'utilisation efficiente et évolutive du Compas YIN-YANG.
Ce Compas pratique, magnétique et universel (car toute personne sur cette Terre peut facilement l'utiliser quelle que soit sa culture ou son origine) qui permet de fabriquer à sa mesure les "Les lunettes magiques" et "Un tapis volant".

Et il est encore le seul à avoir rendu pleinement et consciemment accessible à tout être Humain ce secret de la Connaissance du Principe Unique doté de ce Compas magique ; et ce, quels que soient l'état karmatique de toute personne, sa capacité intrinsèque dès sa naissance, son éducation scolaire, son handicap ou son aptitude à la compréhension.

Ainsi, si vous lisez ces lignes pour la première fois ou même si la méthode du Principe Macrobiotique ne vous est pas inconnue, que vous n'ayez pas voulu ou pu la pratiquer, ne ratez pas cette occasion de l'étudier à nouveau en pratique ou de la re-pratiquer à nouveau en relisant les livres de Georges OHSAWA an parallèle à la lecture de ce Blog.

Aussi parcourez ce Blog plusieurs fois car rien n'est forcément clair dès la première lecture ; et j'en sais quelque chose étant probablement moins doué que vous dès ma première rencontre avec cette philosophie méthodique à laquelle je ne comprenais pas grand chose.
Tout au moins relisez ce Blog de temps en temps dont l’objectif est de se positionner sous différents angles d'analyse ou de perception afin d'accentuer votre conscience ou jugement dans celui qui vous conviendrait le mieux et saisir le profit remarquable qu'il peut vous apporter.


La prière et le Jeûne

Dans ce monde du « plus fort qui règne » par les armes explosives, chimiques, politiques ou financières, on se demande avec circonspection où va s’arrêter cette folie des hominidés. Une psychopathologie de la vie chez ces femmes et hommes qui ne descendent plus du singe mais de la pire espèce du registre diabolique.
Mais la vraie question serait : mais d'où vient cette folie du « plus fort qui tue » l'autre, son semblable, l'animal, les végétaux, les ressource de la planète, la VIE... ?
Près de 80 guerres meurtrissent notre planète aujourd’hui...
Certaines durent depuis le 20ème siècle ou même le 19ème, et ne se sont pas complètement éteintes (Internationales ; nationales ; régionales ; ethniques ; communautaires ; religieuses ; territoriales ; …).
Elles provoquent régulièrement des morts, souvent des civils, femmes, enfants, …
On calcule environ près de 300 guerres depuis le 19ème siècle !

L'Orient versus l'Occident
D'où vient cette frénésie, cette pulsion de destruction, meurtrière comme jamais.
Quelle est la définition du « plus fort » dans l'ancien Orient comparé à l'Occident ?
Georges OHSAWA dans « JACK et Madame Mitie en OCCIDENT » nous apprend que : « … Le plus fort des primitifs est celui qui observe la constitution de l'Univers ou de la Vie, d'après la philosophie des Extrême-orientaux (« anciens », NDLR). Mais le plus fort des « civilisés » est le plus fort dans ce monde relatif, fini, éphémère. ».
Cet antagonisme est bien à l'origine d'une civilisation de paix ou de guerre et il ajoute : « Voilà la clef de la Liberté infinie et de la paix éternelle, qui a échappé à la vue de ces grands bandits philosophes dits John... Locke ou Locke » (cf. p. 114 et s.).
Il semble que la « dévoration » sans limite et sans principe de la chair animale sous toutes ses formes est l'une des causes – la principale diront certains – de cette « analphabétisme » de la Vie.
La "Viande dévorée" tue, à son tour et à coup sûr, celui qui a tué l'être vivant pour la consommer.

Comment la spoliation, la violence, le meurtre, naissent et perdurent-ils chez l'Homme mangeur d’animaux, de "produits de sang rouge"...?
Aux carnivores et autres mangeurs de produits dérivés des animaux (même des insectes ou des sous-produits de l'animal) cela peut paraître complètement absurde que cet acte consommatoire produise par réaction à moyen ou à long terme des tueries ou des carnages entre les Hommes.
Même entre ceux qui portent, chemise de soie, costume et cravate !
Mais c'est un fait indéniable lorsqu’on compare d'autres cultures ou d'autres civilisations pacifiques végétariennes (qui ne sont ni niaises ni rustres, et qui ont une âme !). Dans notre histoire depuis des millions d'années, celle des grecs, des romains, des anglais, des espagnols, des croisades françaises, des allemands "nazis", et depuis peu, des peuples d'Orient (devenus carnivores), on constate une relation terrible entre le régime alimentaire carnivore et le développement de la corruption généralisée associée aux meurtres, prémédités ou impulsifs.
Ces gens ou ces peuples carnassiers, devenus sanguinaires, obligent leurs congénères à s’organiser pour une tuerie en masse, appelée Guerre !

 
Manger des produits animaux ?

Les excuses avancées par les "savants", physiciens, nutritionnistes, "chymistes", paléontologues, médicaux,  ou qui arguent :
Que l'Homme est omnivore ;
Que l'Homme préhistorique aurait survécu dans une nature hostile et serait devenu intelligent par la consommation de viande ;
Que la protéine animale serait une nécessité à la croissance du « petit d'Homme » et à l'évolution sociale des hominidés ;
Que la viande est un met de plaisir et festif ;
Que la viande prévient une "bonne santé".
Certains "diététiciens"(enflés ou crétins) conseillent de "couper" les jeûnes par un "Bon steak bio" ;
Que la viande fournit du fer et des vitamines ;
Que c'est la "mauvaise viande" d'animaux mal nourris et trop grasse qui provoquerait le cholestérol, les maladies cardiovasculaires et les cancers meurtriers
Que la viande bio est saine et donc sans conséquences si on en mange deux fois pas semaine (?!) ; etc ...


La pyramide alimentaire « made in Kushi »

Il est d’autant plus navrant de voir cette obsession de la viande envahir même un courant de la Macrobiotique américaine. Et heureusement ce n'est qu’un courant mais celui-ci prétend détenir l’héritage du fondateur même de la Méthode macrobiotique, celui du Professeur Georges OHSAWA.
Le leader de ce courant est M. Kushi. Il est même prétendu comme co-fondateur (?!) dans beaucoup d'écrits anglo-saxons et ceci est colporté en Europe...

La première fois que j'ai découvert la pyramide alimentaire « made in Kushi », j'ai pensé au premier abord que c’était une erreur ou une mauvaise édition due à une erreur typographique ou de transmission schématique. Mais non ! M. Kushi introduit bien dans sa pyramide alimentaire personnelle de la viande ! – et même des laitages ! – qui sont affichés dans un niveau appréciable par rapport l'échelle d'ingestion !

Ainsi, vous pouvez même manger des laitages de préférence aux œufs ou à la volaille... Ce qui ne correspond plus à rien dans un l'Ordre Naturel de l'évolution humaine ni sur le plan de la santé mentale.
Nous avons un ordre alimentaire qui correspond à notre développement physique, mentale et spirituel... Consommer des laitages est une régression pathologique !
Certains diront que c'est occasionnel. La réponse est que "l'occasion fait le larron" et dans ce cas l'occasion le fera abruti et dépravé mental.

En son temps (et même après son temps), nombre de larrons suivaient Jésus pour en tirer des "occasions" lucratives ou un prestige politique.
Certains firent une belle carrière théologico-politique et initièrent les bases perverties du dogme religieux actuel qui domine l'occident.

Ce système alimentaire est contraire à l'Homme chercheur de la Vraie Liberté. Il doit se nourrir dans la condition YANG pour son évolution humaine et dans un rapport à un Ordre de son espèce, c'est à dire l'espèce humaine (voir l'échelle de nutrition des êtres vivants à la fin de ce texte).

Nous avons ici en France des écrits de la main même de Georges OHSAWA et en français dont, le « Zen Macrobiotique », « L’Ère Atomique », « La philosophie de la médecine d’Extrême-Orient », « L'Acupuncture et la médecine d’Extrême-Orient », qui déconseillent fortement dans la méthode macrobiotique ces consommations animales.
Et ses écrits excluent définitivement et surtout les sous-produits animaux de laitages !

Même si dans le diagramme pyramidal des menus du livre le « Zen macrobiotique », le mot « viandes » est inscrit, il n'est pas inclusif dans une pyramide comme la partie d'un tout qui fonderait un équilibre général.
Ce mot viande est en fait le terme simplifié de « Produits animaux spécifiques » (PAS); il ne tient pas compte de l'ensemble des types d’animaux que l'on pourrait consommer dans des situations spécifiques ou exceptionnelles.
De plus, il ne s'agit jamais de viandes telles qu’on l'entend aujourd’hui : viandes rouges ou blanches et volailles et de tous autres animaux terrestres.
Si, dans certaines situations, sa consommation est obligée, alors il s'agit de produits marins et dans un certain ordre de consommation (Voir l'article dans ce blog "La viande et les produits animaux").

Cela veut dire que le produit animal incorporé chez l'Homme est un élément qui engage une complexité dans l’équilibre alimentaire constitutionnel. Mettre de la « viande » dans son plat, c'est introduire une fraction étrangère extrême dans l’homéostasie du corps humain, son équilibre naturel biologique et psychique devient complexe.

Regardez attentivement la pyramide ci-dessous présentée sous forme d'un diagramme qui cache une cartographie élaborée
.
Elle est d'une extrême importance sous le voile d'une simplicité de présentation.
L'Histoire alimentaire Universelle est intégralement décrite dans cette cartographie nutritionnelle. Elle est à plusieurs entrées et à plusieurs dimensions.

C'est une forme de spirale logarithmique évolutive mais aplanie afin de faciliter pour tous sa compréhension immédiate.
Elle va du "régime" ou du choix le plus simple ou le plus adapté pour chaque mangeur jusqu'au style plus élaboré de l'expert.

Mais, quelque soit la modalité choisie, l'équilibre alimentaire et donc les effets biologiques et spirituels, sont impeccables.
J'ai moi-même, avec plus de quarante ans, tout essayé dans cette cartographie et j’apprends toujours, et encore toujours aujourd’hui !

Dix menus agrégés dans sept colonnes de catégories d'aliments dans tout l'univers alimentaire, principalement végétal, que l'on peut combiner avec des effets, physiologiques ou neurobiologiques, ou même psychédéliques, très différents...

Quelle merveille de présenter des configurations ou des architectures sous une forme simple en apparence mais à plusieurs degrés de complexité !
Quelle maîtrise ! Quel Maître remarquable !




En bref, et pour revenir au mauvais exemple, dans la « pyramide Kushi » (Kushi's pyramid) vous pouvez manger de la viande (Meat) et des laitages (Dairies) tous les jours avec les autres aliments dans un «équilibre » qui laisserait au mangeur un champ immense d'erreurs et de troubles.

Car, la logique est implacable : dès que vous consommer de la viande ou de l'animal, vous vous exposer à des complexités à la fois toxiques et neuropsychiques. Ces complexités sont extrêmement difficiles à équilibrer ou neutraliser.
En consommant "la chair animale", à chaque fois vous perdrez une part du flux spirituel Humain, que vous devrez récupérer par une combinaison alimentaire et biologique qui exige une part d'énergie sensible !
La viande terrestre, et même l’animal marin, détiennent une toxicité intrinsèque dans leur conséquences métaboliques chez l'Humain !


Et pour le malheureux adepte du "Kushi standard", il lui faudrait alors équilibrer cet amoncellement pyramidal avec des « Beans » (Haricots), des « Pickles » et des « Nuts » (Noisettes) ?
Comment va-t-il s'y prendre ?

Et que faire de la différence entre les « Seeds » (Graines) et les « Cereals » (Céréales) ? Pourquoi les graines seraient-elles d'un niveau différent ou inférieur aux céréales ?
Même un mangeur expérimenté ne pourrait rétablir un équilibre décent et durable, tous les jours, avec tous ces éléments hiérarchisés dans cette « pyramide sensationnelle ».
Il tomberait en loques ou malade à moyen terme...

Tout n'est pas « du YIN et du YANG » enfournés dans un seul sac qu'il faudrait équilibrer ou ajuster quel que soit l'aliment ou le type de denrée !
Les comparaisons et les rapports YIN-YANG se font dans des conditions de différences, c'est à dire : de GENRE ou d'ESPÈCE et d'EMBRANCHEMENT (subdivisions) !

Par exemple, dans la famille des produits YIN, il y a ceux qui sont moins YIN, et d'autres YIN de nature, et d'autres encore qui sont YIN par transformation, et d'autre encore qui perdent facilement une part de leur YIN par le feu ou l'impact d'un phénomène (dans l'art culinaire ou alchimique).

Tout est Rapport YIN-YANG.
Tout est Degré dans le Rapport.
Tout est Contexte dans le Degré.

Rien n'est linéaire comme on le voit dans certains schémas qui tracent une ligne avec yang à un bout et yin à l'autre bout.
Un autre schéma : qui trace plusieurs lignes superposées avec des catégories yin-yang à chaque bout et qui compare ces lignes entre elles (voir encore la figure de M. Kushi dans son classement partiel des aliments)

1. Il existe une échelle des rapports.
Voir le mode classification de G. OHSAWA dans "La philosophie de la médecine d'Extrême-Orient", Paris, 1956 -
Chapitre 2.
7 types de classifications existent :
. Physique - Chimique - Biochimique - Bio-écologique - Historique - Idéologique - Jugement suprême. 

2. Il y a des rapports forts et des rapports faibles.
"... La répulsion ou l'attraction est inversement proportionnelle à la différence des force YIN et YANG", 10ème théorème de G. OHSAWA sur le Principe
Unique.

Il est d’ailleurs absurde de dire ou de classer sur une même ligne : le sel, le fromage, la viande, le riz complet, la bardane, l’œuf, … comme étant YANG.
Il est tout aussi aberrant d'aligner : le lait, la tomate, l'héroïne, le café, le Coca-Cola, l’huître, la crème, le sucre, le miel, comme étant YIN.

Dans la pyramide Kushi, en quoi les pickles auraient-ils plus de valeur nutritionnelle que les graines, les noix ou les légumineuses ?
Il est conseillé dans l'ordre pyramidal de manger des laitages plutôt que des œufs. Ce qui est complètement en contradiction avec les bases même du Principe Macrobiotique.

Sur le plan nutritionnel, tout spécialiste sait parfaitement que l’œuf possède une valeur biologique alimentaire supérieure à toutes formes de laitages.
Et selon le Compas YIN-YANG, si l’œuf est YANG et peut constituer un apport positif dans certains cas, les laitages sont extrêmement YIN. Ils entraînent avec eux des pesticides (YIN) et des substances hormono-lipidiques (YIN) (surtout pour les femmes).

Ces laitages (même « sains ») modifient les tissus épithéliaux et surtout génitaux, les cellules nerveuses et le cerveau, dans une régression vers une fonctionnalité et un instinct primaire animaux. Sans omettre les incidents pathologiques sur l'organisme, par des fromages, par des laits et par des beurres, qu'ils soient « bio » ou trafiqués.

Cette pyramide propose aussi qu'il vaut mieux manger des « sucres naturels (« natural sweets ») que des fruits de saison?!
Or tous les macrobiotiques et mangeurs végétariens savent qu'il vaut mieux consommer des fruits frais que de les remplacer par des sucres directs, naturels ou pas ! Car ces « Natural sweets » consommés à répétition provoquent des inflammations profondes dans les tissus.

Il y a une différence extrêmement importante entre cette pyramide alimentaire et le diagramme des 10 menus alimentaires du Zen Macrobiotique.

Dans le cas de la pyramide proposée par M. Kushi, il s'agit d’un équilibre général comprenant ou justifiant l'ingestion de la viande et du lait !
Le message est de manger de la viande ou des laitages car ils « pourraient » s’équilibrer avec tout le reste... Ce modèle ne semble pas lui avoir réussi ni dans la vie personnelle ni dans l'esprit...

Tandis que le terme de « Viandes » dans le diagramme du Zen Macrobiotique doit être compris comme appartenant à la famille des produits animaux marins. La confirmation se fait dans les chapitres suivants du livre quand il s'agit de recettes préparatoires dans lesquelles aucune viande rouge ou blanche, viande de porc, ou de volaille, ou autres animaux terrestres, ne sont suggérés ! (cf. Zen Macrobiotique, chap 9 ; p. 119 ; Ed Vrin 1963 et 1972).

Voici ce qu'écrit Georges OHSAWA, directement dans son texte :
« Toute nourriture provenant d'un animal est peu recommandée par le Bouddhisme, mais surtout par le Zen qui en représente un type évolué... La macrobiotique n'est pas un végétarisme sentimental, et, si elle évite tous les produits hémoglobiniques, c'est pour des raisons 'hygiène et pour développer au maximum vos facultés cérébrales. La viande est idéale pour les animaux : leurs glandes secrètent des hormones bonnes pour eux, qui ne sont pas habitués à penser et qui agissent par instinct... Et  c'est pourquoi ceux qui mangent des produits animaux sont exploités et même tués par les autres, et quelques fois par eux-mêmes. ».

Sur le plan de la vie psychique et des capacités de développement mental, Georges Ohsawa apporte des précisions ontologiques sur l'accession à la liberté et les réserves dans des contextes de survie, il nous enseigne :« Tous ceux qui consomment des produits contenant de l'hémoglobine dépendent (forcément...) des animaux, qui ont des facultés de jugement inférieures et plus simples que les nôtres, appelées réflexes conditionnés. ».

Quant à Gandhi, le libérateur de l'Inde, l'homme spirituel, celui-ci précise : « Si Gandhi n'avait pas renoncé à toute nourriture animale pendant son séjour en Angleterre, il serait devenu un révolutionnaire cruel. ».


Des laitages ?

La pire erreur est celle des laitages ! Jamais dans le Principe macrobiotique les laitages ou leurs dérivés ne sont mentionnés, jamais il ne sont allégués, répertoriés. Ils ne figurent nulle part !
Revenons brièvement sur le pourquoi ?
Ce sont des produits exclusivement industriels, factieux, qui ne servent aucunement à la nutrition de la Femme et de l'Homme humain. Ils sont un « geek » !

Ces BLYF – beurre, lait, yogourt, fromage – étaient des compléments ou des supplétifs en cas de disette.
Si dans l'Histoire, des cultures alimentaires traditionnelles les utilisaient, cela n'était que pour une question de survie. Afin d’assurer pendant une période de famine, une compensation ou un supplément de nourriture pendant une longue traversée ou un temps de vie dans une région désertique ou drastique.
Ces Hommes n’exploitaient pas leurs animaux comme le font actuellement les industries ou les exploitants agricoles qui se disent « agriculteurs ».

Tirer du lait d’une femelle animale destiné à son nourrisson, pour le vendre ou en faire une exploitation est un vol manifeste ou la spoliation de la prédestination vitale de l’animal. C'est briser l'Ordre de l'Univers à répétition. Donc de la biologie Humaine et des distorsions sur le plan du développement cérébral puis mental. On en connaît aujourd’hui les conséquences.

Parmi les conséquences on trouve dans les effets d’après-coup de cette consommation des laitages, d'une part sur le plan physiopathologique : les réactions inflammatoires exacerbées ; ossatures déficientes et prématurées ; kystes et cancers ; cancer du sein et de l'utérus ; perturbations du cycle hormonal chez les femmes ; tissus dystrophiés ; hyperplasies ; leucopénie ; maladies auto-immunes ; …
Et d'autre part sur le plan psychique et neuropsychique : maladies neurodégénératives ; neurasthénie ; psychasthénie ; mélancolie ; les hypocondries ; dépressions ; la « régression mentale » ; ….

De plus dans la tradition, ces BLYF étaient presque tous fermentés ou cuits ou associés avec des plantes afin d'éviter certains effets biochimiques et neuro-endocrinologiques (hormonaux) issus des cellules originelles de ces produits alimentaires.

Ces fromages, beurres, laitages, crèmes, yogourts, graisses lactées, extraits, sont tous structurés pour fournir une croissance déterminée et une nutrition spécifique à des nouveaux-nés d'animaux ayant une durée de vie de 10 ans à 40 ans et des fonctions biologiques et « psychiques » (comportementales) spécifiques à leurs espèces.

Des animaux dont l'existence et le développement central reposent essentiellement sur l'instinct et non l'intelligence cognitive et spirituelle (réflexion complexe ou élaborée chez l'Homme sain). Leurs états de conscience étant centrés sur : la recherche de nourriture ; la reproduction instinctive ; le réflexe systématique de survie ; le combat physique ; le jeux de chasse et de fuite.
Même si l'émotion existe chez les animaux, elle reste primaire. Elle se base sur une extension du comportement et des compromis de la nature primordiale, rudimentaire et fonctionnelle.

Également, ces Hommes des traditions anciennes (nomades pour la plupart) consommaient ces sous-produits animaux souvent mixés aux céréales. Car avant tout, ils étaient des céréaliens : la base de leur nutrition.
Et souvent, ils salaient, leur beurre, fromages ou produits lactés afin d'éviter certains « effets secondaires ». Ils édifiaient ainsi une forme de barrière immunitaire ou détoxifiante au moment de l’assimilation par l'organisme des protéines, des hormones et des lipides phosphatiques, que les femelles animales produisaient spécifiquement dans leurs laits pour leurs nourrissons.

La Femme et l'Homme ne profitent en rien de consommer des laitages sauf une compensation psychologique et un fantasme de régression à l’état fœtal à cour terme.


« Pyramid » platonique

Cette pyramide « fabuleuse » exhibée par M. Kushi n'appartient pas au Principe Macrobiotique !
Et encore moins à son Principe Philosophique.
Cette pyramide spectaculaire est une forme de programme alimentaire qui flatte la médecine occidentale, la diététique superstitieuse des protéines animales et une ambition déraisonnable héritée du mauvais modèle de gagner de la renommée en usant de tous les coups du grugeur. Toute ambition est humaine mais flatter le « diable » devient dangereux...

Cette pyramide laquée n'est qu'une forme standard tirée de l'interprétation personnelle d'un auteur probablement frustré par son professeur emblématique qui avait déjà tout découvert et explicité avant lui.
Il aurait été judicieux et spirituel dans ce cas de développer et de reprendre le Principe Unique et la méthode mais sans les déformer, sans les contrefaire, sans les travestir.

Quand je lis les anciens et récents, revues et livres, de M. Kushi, je ne vois rien qui signe le Principe Unique ou la Philosophie essentielle du développement du Jugement, et à peine quelques éléments sur une théorie ésotérique et personnelle.
Tandis qu'il a propagé – mais pas développé – une diététique à la couleur macrobiologique très intensifiée dans ses dires et démonstrations. C’est une diététique pratique sans nul doute dont il a bien répandu l’hygiène de base de la Macrobiotique sans nul doute, dans les États-Unis d'Amérique du Nord.

Cette pyramide alimentaire fantasque est une proposition parmi d’autres pyramides alimentaires diététiques mais elle n'est certainement pas dans la sphère du Principe Macrobiotique.

Notre "Pyramide" du ZEN sous forme de cartographie nutritionnelle correspond à l'objectif fondamental c'est à dire à la destinée essentielle de l'être : rénover et amplifier sa santé physique et mentale.
Cette destinée est de vivre le véritable Moi spirituel ; d’acquérir la Liberté infinie, le Bonheur ; le développement de sa Conscience intégrale.
La santé profonde qui va de pair avec le développement mental et l’épanouissement intégral du JUGEMENT.


F
aut-il croire alors que les Femmes et Hommes d'Amérique du Nord n'ont pas encore atteint la pleine capacité physiologique ou mentale pour comprendre ou entreprendre le développement de leur Conscience, le développement de leur jugement ?

Cette remarque pourrait surprendre le lecteur Nord-américain qui lit ces lignes mais pour un Européen qui a acquis une culture et une connaissance suffisantes de la vie spirituelle, c'est l'impression qui se dégage des contenus des séminaires, tels que : "Macrobiotics lessons", "Wellfair lessons" ou le « Lifestyle ». Ce sont ces préceptes sensationnels ou troublants qui sont donnés dans ses instituts qui ne portent que son nom.

Mais je pense que nos amis Nord-américains sont aussi capables que n’importe qui dans ce monde de comprendre profondément la philosophie du Principe Unique. Donc inutile de leur faire un résumé atténué ou simplifié de cette philosophie à la fois ancienne, subtile et tout aussi moderne.

Alors parlons de Philosophie du Principe Unique, de Principe Macrobiotique, de la méthode psychique et spirituelle pour y parvenir.
Et arrêtons les « démos » emphatiques et les « vernissages » sur des mondes métaphysiques faramineux, des approches mirifiques, dans lesquels tout se fait sans effort et sans conviction intérieure.

Nous n’irons pas plus loin dans la démonstration évidente du déséquilibre intrinsèque que provoquerait cette Kushi's pyramid chez les mangeurs macrobiotiques, et même différents végétariens plus exigeants ou autres cherchants de la vraie santé.


Pourquoi vouloir effacer son Maître, son bienfaiteur ? Une histoire classique(Voir le poème de G. OHSAWA sur "La trahison").

M. Kushi était à peine né (1926) quand le concept de MACROBIOTIQUE était divulgué par Georges OHSAWA en 1931 dans un livre (édition VRIN) qui a traduit la philosophie orientale et la macrobiotique à partir des données de la physique moderne, de la chimie contemporaine et des dernières nouveautés médicales, biologiques et biochimiques.
(Cf. « Le Principe Unique de la Philosophie et de la Science d’Extrême-Orient », VRIN, 1931).

Que lit-on sur le site du "Kushi center" aux USA ?

Pourquoi dire que l'élève aurait créer avec son maître le concept de "Macrobiotique" ?
Et ajouter qu'il aurait reconstruit la "Macrobiotics" après la mort de son bienfaiteur et professeur ?
Qu'il aurait modernisé
la "Macrobiotics" ?
La ficelle est si grosse
que cela devient ridicule et malheureux.

Mais Georges OHSAWA va plus loin, en 1965-1966, dans « Le Cancer et la Philosophie d’Extrême-Orient » et « L’Ère Atomique », il expose, analyse et synthétise les dernières théories astrophysiques, physiologiques, biologiques, et médicales, dans leurs rapports à la Philosophie, à la Science du YIN-YANG, et à la Méthode macrobiotique.






Ces théories et découvertes scientifiques toujours d'actualité à ce jour en 2016 que l'on découvre aujourd’hui même car rien n'a véritablement progressé dans la science comme dans la médecine depuis cette apogée intellectuelle de la deuxième partie du 20ème siècle.

Sauf, cela va de soi, les extrapolations chimiques et les projections technologiques ou technoscientistes dont on connaît les piètres résultats sur l’épidémiologie humaine et la condition sanitaire de la société actuelle.
Combien de maladies guérit-on aujourd’hui ?
Combien la population est heureuse et en bonne santé ? C'est évident ! Même les gens simples voit les pestes apocalyptiques laminer leurs proches, leurs amis, les célébrités, ... autour d'eux ! Proches d'eux !


Georges OHSAWA voyant que son élève – avec sa compagne – n'avançait pas dans ses démarches, dans ses prospections, décida de venir aux USA pour organiser et animer lui-même des tournées de multiples conférences à New-York, Los Angeles, et d'autres villes importantes.

Il décida d'animer des camps de stage ou de vacances, de créer des restaurants, etc... (voir « Lettres de Georges OHSAWA ; Éditées par le Centre « Principe Unique »). En réalité, il creusa de sérieuses fondations et fit un profond « Jardinage », un remarquable développement, pour préparer le terrain à son apprenti.
C'est bien Georges OHSAWA qui a véritablement introduit la Macrobiotique dite « Modern » aux USA.


Des déformations naïves et débridées

Je constate aussi que cette pyramide combinée n'est pas la seule déformation.
Les 12 théorèmes et 7 principes philosophiques ont aussi été déformés.

Tout est mis hors-ligne de la Méthode Macrobiotique et du Principe Unique YIN-YANG alors qu'ils sont la base pour couvrir et assurer dans leur authenticité, d'atteindre les 7 Conditions de la Santé et réaliser les 7 Dimensions de la Conscience - Jugement.

Ces sept conditions de la santé sont extrêmement importantes pour le devenir du "mangeur" macrobiotique, qui fonde l'esprit de sa Vie, son évolution qu'il soit Femme ou Homme.
Je dis précisément que cette pyramide imitée ne garantit pas, la santé durale, le développement du Mental, de la fonction évolutive du Jugement de l'Homme à son aboutissement.

Que les habitants de la dynamique et pertinente Amérique viennent lire les nombreux livres français écrits par Georges OHSAWA, édités avant même que la Philosophie et la Macrobiotique ne soient connues aux États-Unis de l'Amérique du Nord.

Ceux des Américains, qui ne connaissent pas l’histoire des enseignements de Georges OHSAWA en France, qui ne lisent pas le français et donc les nombreux livres et supports de conférences qu'il a écrits, de l'Histoire de la Fondation du Principe Unique achevé en France, devraient savoir que rien encore n’existait aux USA.
C'est pourquoi ces Nord-américains sincères et enthousiastes peuvent être facilement mythifiés !

Je suggère à nos amis lecteurs du monde et surtout d’Amérique du Nord, de lire attentivement (ou de se faire traduire) et de comprendre la description des dix menus ou choix nutritionnels alimentaires du « Zen macrobiotique » (Ed. VRIN, 1963).
Cette cartographie nutritionnelle
est notre authentique Pyramide alimentaire Macrobiotique (voir ci-dessous).




Cette cartographie  nutritionnelle par le principe YIN-YANG est simple à comprendre et à assimiler. Mais, après un temps de pratique, il est nécessaire d'aller un peu plus profondément dans la disposition graduelle de celle-ci et d’expérimenter cette Vraie Pyramide Macrobiotique multidimensionnelle et dynamique présentée sous la forme d'un tableau simple à double entrée qui est une première étape pour le lecteur néophyte ou ayant une approche théorique.

Dans un premier temps, tout lecteur peut le consulter au premier degré car cette pyramide progressive se veut être simple, universelle et très pragmatique.
On prépare son menu suivant des pourcentages en fonction des 7 catégories d’aliments : « Céréales » ; « Légumineuses-légumes » ; « Potages (soupes) » ; « Produits animaux » (noté viandes) ; « Salades » ; « Desserts » ; « Boissons ».


Une première frontière importante est fixée à partir de la catégorie « Produits animaux » (noté viandes).
Ensuite les combinaisons alimentaires deviennent complexes pour les débutants, les gourmands et les gastronomes.
La boisson est à prendre seulement en cas de vraie soif.

Mais le « Chercheur-praticien » peut aller plus loin, pour explorer les multiples dimensions qu'invoque ce tableau. Il est une représentation dialectique qui met en jeu des GENRES d'aliments ou de familles d’aliments, avec des EMBRANCHEMENTS (subdivisions) dans un rapport aux métabolismes biologiques jusqu'à des possibilités infinies.

Les rapports deviennent alors non pas seulement des combinaisons alimentaires mais des exercices (des expérimentations) nutritionnels dans l'intention d'améliorer des métabolismes physiologiques ou psychiques avec un but.

Par comparaison, on constate alors que la « Kuchi's pyramid » n’est qu'une simple copie transversale à base de « graines », de « pickles », de « beans », de « laits » et de « noisettes », valable pour une cure d’hygiène ou pour se mettre en forme à court terme !

Après cet aperçu sur ces dérivations malheureuses, revenons à la consommation de la viande et au fait que l'homme serait prétendument omnivore et un excellent carnassier pour affermir sa « bonne santé » et son « cerveau ».
Tous ces arguments ne sont que des légendes négatives, frauduleuses, des tartuferies, ou des fantasmes véhiculés par les industries frauduleuses ou au pire par les croyances des technoscientifiques, "serviteurs" d'organisations spoliatrices.

Oui, la technoscience – la « science » contemporaine, celle d'aujourd'hui ! – est une croyance, une "nouvelle religion de la raison alléguée", qui tente de supplanter les autres religions tombées dans l’archaïsme et l'insanité, et même le crétinisme.

La SCIENCE de L'Homme, de l'Univers, de la Nature et de la VIE, cette vraie science qui a pris racine en Orient (il suffit de LIRE l'Histoire, à défaut de la voir...) a commencé à se corrompre à partir des Grecs, interprètes finauds des découvertes, Indiennes et Égyptiennes.

L’Égypte
qui a été la véritable école cachée des grecs érudits, voyageurs audacieux et fins observateurs...
et bons stagiaires et aussi bons plagiaires.
Puis la vieille Europe prit le relais de l’altération et du gauchissement dès le moyen-âge ; surtout affirmés à partir du 12e et 16/17e siècles.
Il faut le lire, le voir, l'examiner, pour le croire !

Surtout à partir du 12e siècle, les plagiats organisés, véritablement prémédités, des "lettrés", des "prêtres" ou ceux de simples commerçants Européens, traduisant en latin les travaux explicitement écrits dans la langue d'origine, schémas ou dessins à l'appui et dûment répertoriés, des savants Indiens et Arabes.

De bout en bout, ils ont recopié, calqué, contrefait, imité, dérobé (et même mal traduit surtout les quantités de manuscrits Arabes) les découvertes en arithmétique, en géométrie, en anatomie, en médecine, en astronomie, en ingénierie, en géographie, en pharmacologie, en optique, en diététique, et même en psychologie, etc....

Et ces "savants occidentaux" devinrent du jour au lendemain, des auteurs respectés et professeurs réputés par leur "science nouvelle", cette fois autorisée par leurs églises respectives.
Certains sont même entrés dans l'histoire des grandes figures des sciences occidentales... Astronomes ; anatomistes ; géographes spontanés ; alchimistes et "chymistes" ; pharmacologues ou phytologues ; physiciens ; mathématiciens; etc... Quelle miracle.

Mais il ne s'agissait plus de contribuer au développement de l'Esprit de l'Homme, d'élucider les énigmes de la Nature et de l'Univers dans un geste philanthropique, de partager les connaissances et les innovations de façon altruiste.
Ces "marchands de chimères" et "escrocs" n'avaient de but que de placer ou d'inscrire officiellement une "trouvaille" (fumiste), une abstraction inutile mais sensationnelle, ou une application industrielle, afin d'obtenir rapidement une gloire statutaire ou faire fortune (financière).

Et de ces "savants" merveilleux et de ces "génies" en Europe, auteurs des nombreuses découvertes indispensables et essentielles à la VIE, on en voit le résultat aujourd'hui !
Combien nous sommes heureux dans ce monde ! Quelle tartuferie.
En excellente santé, égalitaire pour tous. Quelle publicité.
Dans un monde d'humanité débordante et visionnaire. Quelle fourberie.
Tandis que la Femme et l'Homme ont acquis depuis ces mille ans de "progrès" et de "science" un degré d'évolution sans précédant dans l'histoire de l'humanité ! Quelle farce.
Nous vivons dans le meilleur des mondes ! Quelle tromperie.
(voir l'article ci-dessous "Manuel de survie dans ce monde transitionnel")



Retour à la prière authentique


Pour celui qui veut sortir des instincts primaires, aujourd’hui, celui-ci doit pratiquer la Prière chaque jour.
Mais qu’entend-on par prière ? Qu'est-ce que prier ?
Comment prier à notre époque ?

Je cite ici Georges OHSAWA : « La véritable prière n’est pas la prière mécanique, mendiante, ou sentimentale, que l'on récite par exemple dans une église, par intermittence. Elle doit être permanente, c'est à dire pratiquée toute la journée, toute la nuit, tous les jours, sans jamais aucune interruption. » (« L'Acupuncture et la médecine d’Extrême-Orient », VRIN, p. 92 et s. ; toutes les citation suivantes sont du même livre).

Cela ne doit pas être une obsession mais une INTENTION consciente de produire sa prière. Ce n'est jamais une récitation même si les paroles ou le « support » se répètent elles sont constamment prises dans une concentration mentale.

La véritable prière est une INTENTION contemplative de chaque instant qui s'appuie sur l'exercice du corps !


La gratitude

Sur la prière, il poursuit : « Elle est une sorte de méditation, de contemplation, un sens profond et spontané d’émerveillement pour tout ce qui existe, le sens de la modestie et de la gratitude ».
Ah la modestie !
Voilà une forme de qualité humaine, ou de « trait de caractère » pour les sophistes, qui n'existe presque plus aujourd’hui. C’est même une tare dont il faut se défaire le plus vite possible dans la société actuelle.
Lorsque je travaillais dans une société de formation, il y a bien longtemps, un directeur qui avait les sens bien aiguisés me disait, la modestie c'est le frein de la réussite ! Il était directeur des relations humaines.

Quand à la gratitude, elle n'est vraiment reconnaissable que chez ceux qui ont dépassé, qui se sont libérés de la conscience primaire (Instinct mécanique, voir « Les 7 dimensions du Jugement »). Il n'y a pas de gratitude chez les « primaires » car même envers eux-mêmes, ils ne s'accordent aucune gratitude, ne sachant qui ils sont ni de quoi ils sont faits !
Il sont yang en excès.

S'identifier ou s'accepter consciemment soi-même comme une personne responsable de tous ses actes est un des signes de la vraie gratitude (YIN).
Ce n'est pas seulement rendre le service qu'on vous a rendu, l'aide qu'un proche ou un « étranger » vous a octroyée. Donner un cadeau pour un cadeau, c'est la « yang-gratitude ».

Jouer le « Gagnant-gagnant » : est une nouvelle forme d'hypocrisie, une donne entre larrons dans une entente pour spolier autrui, c'est à dire les plus faibles ou les plus mal informés (Ces industries multinationales, ces « oligarchies », prises la main dans le sac dans une entente « gagnant-gagnant » frauduleuse pour aligner par le haut leur prix de vente ou par le bas leur offre public d'achat ! Ces mauvais politiques qui se tiennent les uns les autres par la culotte de leur méfaits, de leurs mensonges, de leurs inculpations, de leurs profits !).
Car même certains voyous ont ce type de « yang-gratitude », qu'ils appellent un « Retour d'ascenseur » entre gredins ou gangsters qui participent à leur arrivisme ou leur machination.

Non, la gratitude est d'abord une prise de conscience progressive de son Moi qui ouvre naturellement la porte de la gratitude sans finalité, sans restriction sentimentale (celle qui dit : « Je ne donne qu'à ma famille ou mes amis »).

« Ce que je fais dans ma vie de tous les jours, je prends acte des conséquences dont je serais responsable » : voilà une expression de la gratitude... C'est à dire de la Justice naturelle, absolue.
Par exemple, je mange et je consomme ce qui est l'optimum de ma nécessité pour mon organisme, mon Corps, mon Moi, mon Âme, mon travail, ... Rien d'autre.


C'est surtout être RESPONSABLE de la VIE qui nous pressent, qui nous traverse, qui nous habite 24h/24. De cette énergie infinie qui nous infiltre, qui nous anime… Avoir une part de responsabilité dans ce monde, de ce clochard malheureux, du miséreux inconnu à l’autre bout de la Terre comme des 2,5 milliards (deux milliards et demi !) d'êtres qui meurent de faim ou de maladie à cause du défaut d’aliment, du froid, du manque d'eau, de l’aridité des terres, des guerres des exploitants industriels, …

Non ! On ne peut pas prendre sur soi toute la misère du monde mais on peut facilement contribuer à la juguler, à la freiner, par nos actes quotidiens... Qu’il ne faut jamais sous-estimer ! C'est l’argument et la propagande des « Spoliateurs » que de nous faire croire qu'une « Goutte » ne fait qu'une seule goutte. Alors qu'une seule goutte est à l'origine de tout un monde depuis 4 milliards d'années !

Quelques gouttes cellulaires « humanoïdes » dans le vaste océan des Origines ont produit la planète sur laquelle nous vivons !
Il faut agir dans sa vie quotidienne. Être en action consciente dans sa vie de tous les jours, c'est déjà comprendre la dialectique de ce monde. Nous devons saisir progressivement cette dialectique de la vie, de l'« Opposé » et du « Complémentaire » de chaque événement ou de tout personnage. Alors, celle-ci entre naturellement, progressivement, en nous, et devient une seconde nature.

Si vous y ajoutez le Principe YIN-YANG dans ce jeu du « Négatif » et du «Réel» alors vous serez émerveillé par les « Offres » de notre Univers sans jamais perdre le vrai sens des réalités au sein de nos sociétés !
Voir le jeu des énergies YANG et des énergies YIN dans ce monde en général comme dans sa vie quotidienne, en particulier, offre une méthode de compréhension de la Vie qui annihile, la peur, les angoisses, les incertitudes, les déchéances, les échecs d’orientation, et même les maladies, ….

La vraie gratitude commence par notre alimentation, notre consommation !
Que manges-tu chaque jour ? Combien manges-tu chaque journée ? Est-ce vital de consommer telle pilule ou tel cachet pharmacologique ? Pourquoi consommes-tu telle chose ou tel objet ? N'agis pas mécaniquement, poses-toi la question sur la véritable utilité de ton acte.

Oui, nous sommes bien à des années lumières de ces nouveaux «présidents» ou leaders populistes, chimériques ou exaltés, qui prétendent vouloir améliorer l'état du monde, apporter le bonheur dans la cité, dans cette civilisation, ....
Après YIN vient YANG ! Après le flasque (yin), vient le squameux (yang).
(cf. Article dans ce blog la prédiction d'apparitions soudaines dans notre monde : « Dernière spirale historique :.... » ).
En réalité, ils sont des avant-coureurs de la fin de ce Monde obsolète et vicié dans sa forme.

Que font-ils ou que vont-t-ils faire ?
A nouveau, maintes et maintes fois, nous retrouvons chez ces hommes, et aujourd’hui chez de plus en plus de femmes, une caractéristique récurrente.
S
oit un défi qu'ils voudraient relever contre un dieu tout puissant ou envers leur Père : « Je ferai mieux que toi mon papa, que tu le veuilles ou pas, vivant ou mort ! ». Voilà une certitude sur leur complexe («This guy wants to go further than his father ! »), il veut faire mieux que son père et "effacer" sa mère avec une poupée ...

Soit c'est de tester la limite de réalité de l'hypertrophie de leur égo - c'est à dire de leur arrogance. Jusqu'à quelle limite la réalité sociale pourra-t-elle supporter leur délire narcissique. Ils sont les nouveaux tyrans du monde moderne : dans leurs décisions; dans leurs actions; dans leurs projets; dans leurs irresponsabilités; dans leur schizophrénie.
Mais en réalité malgré les contrariétés ou les bouleversement, ils sont des "ouvriers perfusés" dans ce vieux système doté d'une mission de DÉCONSTRUCTION que va subir cette décennie.
L
es attaques puissantes des premiers éclaireurs-déconstructeurs, dont celui d’Amérique qui est un des plus puissants, sont en marche. D'autres de moindre envergure, l'ont déjà précédé : en France, Angleterre, Italie, Espagne, Europe centrale, Suisse, Sud-Amérique, etc....

La durée artificielle de ce système global, obsolète, usé, pollué est surfaite et ne peux plus résister à la grande force YIN de la spirale d'une nouvelle configuration qui s'engage à nouveau pour plusieurs dizaines de milliers d'années !

Dans ce monde (yin), donc individualiste et peureux, il faut opposer le YANG, ouvert et partageur de temps, d'énergie et d'espace, de connaissance, de biens : c'est celui de la vraie gratitude.
Partager naturellement sans compter, sans inventorier, sans recensement, affirme et développe la Gratitude.

Premièrement, prendre conscience de la richesse de notre Univers et du privilège d'être humain embarqué dans un vaisseau magnifique pour un voyage merveilleux alors que l’on a fait peu de chose pour recevoir ce mérite inestimable.
Donc assumer chaque jour sa responsabilité et sa solidarité planétaire dans tous ses actes quotidiens.
Deuxièmement, donner sans rien attendre !
Avec ces deux vous atteignez le summum de la gratitude.


Nous avons reçu tellement de choses gratuites, beaucoup sans effort, que nous sommes endettés jusqu'aux yeux... À commencer par notre Corps pour lequel nous n’avons rien déboursé – raison pour laquelle beaucoup d’entre nous ne s'en occupent pas, comme étant une banalité, une matière sans valeur ( It's so cheap !).
La gratuité des ressources de notre Terre est aussi considérée comme sans valeur !

Tous les animaux sauvages ont de la gratitude, envers leurs congénères, envers la Nature, envers la VIE, facilement observable par leurs comportements ou « leurs règles de Vie ».
Même les animaux, domestiques ou d'élevage, ont de la gratitude envers leurs maîtres tandis que ces derniers les traitent comme des objets de compagnie ou comme de la chair à pâté.

Je me suis souvent posé la question de la mentalité de ces éleveurs « Bio » que l'on voit traiter leurs vaches, leurs porcs, leurs volailles, et autres animaux avec, disent-ils, respect et même ils osent employer le mot d'amour pour leur « bétail d'élevage ».
Mais que font-ils de leur animaux qu'ils chérissent tant ?
Ils les exploitent sans vergogne « La traite du lait  démesurée et artificielle » provoque la ruine de leur destin, de leur situation. Du lait truffé de médicaments ou d'antibiotiques, de pesticides pour les « non-bio », pour quoi faire ? Faut-il payer des aides à ces gens là qui livrent une substance qui détériore la santé des enfants ?

Et pire, qu'ils soient bio ou non-bio, ils envoient, leur « animaux chéris » à l’abatage, à la mort, et même au massacre ! Et pourquoi faire ? Pour une consommation prohibitive, sordide, canaille. Et ils en sont conscients.
On en arrive alors à cette conclusion : ou bien ils sont déficients mentaux, cas de la schizophrénie (« Je commets des actes répétés sans savoir ce que je fais ») ; ou bien, ce sont des hypocrites corrompus ou dévoyés qui sont complices d'une tuerie gratuite, pour une luxure consommatoire. Alors que sont-ils ? Tandis que je suis vraiment surpris de voir la « presque » sincérité de leurs sentiments pour leurs élevages voués à une mort certaine... Je ne peux m’empêcher de « voir » les séquelles d'une destinée pitoyable qui les attend.


La dialectique Universelle du Compas YIN-YANG

L'Homme peut manger de la viande, il a le pouvoir de sacrifier un animal, mais dans le seul but d'une survie, de sauver les vies d'êtres humains en passe de disparaître, pour un ultime besoin vital. Dans cette seule condition, « l’Âme animale accepte ce sacrifice » dans l'Ordre de la Nature, sans tomber dans une interprétation par trop ésotérique ou un jugement anthropomorphique.

Les « Primitifs » adoptent un rituel avant tout sacrifice animal, nécessaire et indispensable. Mais dans le rituel dont nous parlons, le motif n'est pas la superstition ou la croyance naïve afin de satisfaire un dieu arrogant et narcissique. Un dieu inventé par l'homme peureux et qui ne sait pas ou ne peut pas encore comprendre que les phénomènes ou les destinées qui l’impactent sont gouvernées par la Dialectique universelle des énergies YIN-YANG : Un ordre de l'Univers.

Les 7 dimensions qui régissent dans un Ordre Parfait
le destin des phénomènes de tous les Univers

Un ordre de l'Univers : une matrice d'une complexité de phénomènes infiniment changeants mais infaillibles dans leurs enchaînements ou leur incarnations.
Ce rituel du Primitif est en réalité à la fois une clémence demandée à l'Esprit animal et une prière conjuratoire pour cet acte de sacrifice. Cette prière est adressée au Dieu, à l'Ordre de l'Univers... Les sacrificateurs eux-mêmes s'astreignent à des conditions de jeûne et de contraintes physiques avant ce rituel.
C'est en réalité une prière dans un acte consommatoire... dans sa forme mineure, sous-traitée.

Mais la Prière essentielle, de l'Homme qui épouse la philosophie du Principe Unique et qui adopte cette Dialectique de la Vie éternelle (qui ne se termine pas au cadavre) cette prière est celle de chaque instant qui se fond, qui fusionne, avec cette énergie incommensurable mais efficiente qui anime autant les battements de son cœur que celle du mouvement des astres...
Georges OHSAWA poursuit sa médiation : « Prier, autrement vivre l'Ordre de l'Univers, écouter la « Parole qui sort de la bouche de Dieu », s'est s'émerveiller de la loi Unique YIN-YANG qui gouverne tout l'Univers, et la respecter avec la plus grande joie. ».

Toute chose dans cet Univers – êtres animés ou inanimés – est sous l'égide d'un Ordre Infini auquel personne n'échappe à chaque instant, milliardaire, politique, scientiste, sorcier ou mendiant. Il y a un Ordre irrémédiable et omniscient qui offre une marge d'action plus ou moins large à chaque individu suivant le degré de son Jugement.

Dépasser sa propre limite, la marge qui est accordée à chacun selon sa « condition humaine », c'est ce que j’appelle se mettre en « Hors-jeu » !
Hors-jeu : vous perdez votre précieuse vie... Vous quittez ce monde pour refluer au point de départ.
Vous êtes immédiatement expédié au point de départ et recommencez à zéro ! Avec des pénalités. L'arbitre est infaillible.
Mais vous aviez reçu nombre d'avertissements auparavant, comptés et ciblés pour vous... À bon entendeur.

Dans cette incompréhension et cette ignorance – et même cette arrogance – c'est alors qu’apparaît une forme de mélancolie ou de réclamation désespérée sur l’injustice dans l’Histoire des Hommes. Pourquoi cette justice punitive – par Dieu – affligerait certains avec répétition ou sévérité, dans une série d’accidents, de calamités, de « coup du sort », de catastrophes, alors qu'ils apparaissent innocents ou sans causes fautives. Tandis que ce même Ordre de Justice ne punirait pas d'autres qui le mériteraient amplement par leurs actes ou leurs délits avec récidive.
Dieu est-il aveugle à ce point ou partial ?
Dieu profiterait-il aux crapules, aux tyrans ou aux gangsters ?

Comment avoir ce Bonheur, cette chance qui esquive les actes prédisposant aux malheurs, aux « Coups du sort », à la malchance ?
Vous avez la réponse.

Dévoiler son instinct, son intuition-conception du Monde avec lequel nous échangeons à chaque instant, nos actes, nos sens, nos sentiments, nos pensées, nos projets, nos rêves.
Développer sa conscience par soi-même à partir d'une Méthode millénaire, éprouvée par nombre d'Hommes sages ou experts : le COMPAS YIN-YANG.
Car c'est un travail personnel, nul ne pourra le faire à votre place. Et rien ne se fera sans effort ou action de votre propre chef !


Mais dans l'acte comme dans l'idée, rassurez-vous, vous pouvez être conseillé, inspiré ou même impulsé par un « Ami », un inspirateur, un compagnon.
Comment développer cette faculté humaine innée et pourtant voilée ? Georges OHSAWA nous donne la solution : « L’instinct parfaitement dévoilé est le Jugement Suprême. Si vous pouvez contempler YIN-YANG dans tous les phénomènes, êtres et choses que vous rencontrez dans votre vie quotidienne, vous écoutez et vivez la « Parole de Dieu ». ».
Cette Prière du Principe Unique, chaque jour, est un acte qui vient constituer une authentique existence dans ce monde actuel.



Le jeûne ou l’Alimentation Humaine

Mais la prière sans le jeûne c'est le pain sans la farine, produite par le grain complet.
Prier sans la pratique sur soi, dans la réalité existentielle, c'est comme espérer retrouver une santé sans s'impliquer ou en prenant des drogues chimiques qui promettent la « vie éternelle ». Les « médocs » actuels ne sont que des panacées, des « sirops du Père Soubirou ».
C'est le cas de la plupart des personnes obèses ou en surpoids qui veulent maigrir avec des pilules. Sont-ils aussi naïfs ? Et ils répètent cette croyance magique tant de fois.

Jeûner est tellement important - vital - dans la vie actuelle, que cet acte devrait avoir une plus grande caution ou puissance d'écoute que la TV ou la météo !


Mais qu'est-ce que le véritable jeûne ?
Jeûner : c'est manger sans boulimie, sans dévoration, sans dépassement de la limite de nos vrais besoins physiologiques. Jeûner commence par reconnaître les limites de notre faim fondamentale !
Georges OHSAWA nous précise cette diététique du vrai jeûne : « Le jeûne n'est pas le « ne pas manger » mécanique, catégorique. C'est le détachement complet de tout ce qui n'est pas nécessaire pour vivre... La Loi de l'Univers est la Loi de la Création. On doit créer tant que l'on est en vie ; et tant que l'on a quelque chose à créer, on ne meurt pas. Et pour créer il est nécessaire de manger... Jeûner, c'est ne manger que ce qui est nécessaire pour créer.».

Ainsi il y aurait deux façons de comprendre le jeûne.
Pour certains il serait de se « nourrir de rien » véritablement car ils sont déjà en excès pondéral ou toxique. Surchargé par leur passé alimentaire et xénobiotique (manger des produits étrangers à la condition humaine).
Pour d'autres, il faut ajuster les quantités et la qualité des aliments ingérés selon un dosage dans la quantité liée à leur capacité métabolique et psychique.
On peut donc jeûner en mangeant mais selon un équilibre YIN-YANG dans un rapport Corps / Aliment (YANG / YIN).

Et comment savoir ce qui m'est JUSTE nécessaire à manger ?
C'est un apprentissage à la fois agréable et évolutif qui consiste à tester chaque jour (sur 24h) les quantités que j'ai consommées.

Vous pouvez prendre vos repères à partir des quatre critères suivants. Ils sont simples et faciles dans la pratique. Mais d'autres existent.
1. L'avant-repas : posez-vous la question : avez-vous vraiment faim ou pouvez encore attendre avant de manger ?
2. Surveiller dans sa mastication la fonction de l'ADS, c'est l’Activité Dynamique Spécifique ; c'est à dire le flux d'énergie tiré par la quantité de nourriture pour l'assimilation...
3. L'après-repas : suis-je trop plein ? Trop rempli ? Donc une sensation d'être YIN – dilaté, amolli, affaibli, lascif.
4. De vérifier l'état de vos selles : molles ; liquides ; trop claires ; morcelées ; … Donc vous avez trop mangé et de mauvaise qualité.


Inutile de « mesurer » son état avec des grammes, des calories. Ou de faire des rapports entre le taux calorique et les protéines ingérées.
Ne pas être dépendant de l’extérieur : des normes , des dogmes, des chimistes ou des physiciens qui n'ont rien appris de la vie dans leurs écoles et pensent l'Homme comme une machine.
Soyons dépendants de nous-même c'est à dire de notre organisme, de notre corps, de notre Moi !
Soyons attentifs à des FAITS de la vie, c'est à dire de notre biologie opérative et quotidienne !

Et qu'est-ce qui a été défini concernant l'alimentation idéale de la Femme et de l'Homme ?
Non, ce n'est pas la diététique des chimistes modernes depuis Lavoisier ; ni la nutrition thermodynamique des physiciens qui font de la Nature un système fermé et mécanique ; ni les « vendeurs de sables » ou autres diseurs de bonnes aventures sur les régimes, « Calorique », « pH-métrique », « Fruitarien », « Protéiné », « Fibre », « Dissocié », « Mayo », « Soupe », « A points, » et même un régime dit "Paléobiotique" qui est une nouvelle combine marchande (manger comme des loups), tous ces modes alimentaires sont des formes d'hygiénismes primaires et pathologiques.

L’alimentation doit d’abord être explorée, considérée et pratiquée, comme un développement de l'Être – de la Femme et de l'Homme – depuis les milliards d'années de LA Phylogenèse, qui constitua un développement et un équilibre fondamentaux dans notre nature physique comme dans notre fonction mentale jusqu'à aujourd’hui.


Le Corps métabiologique a la MÉMOIRE de milliards d'années : quelle EXPÉRIENCE !
Nous ne sommes pas une machine organique qu'il faut entretenir ou nettoyer chaque jour par des combines ou des « bidouilles » dispensées par des commerçants avides de dollars ou par des « nutriciens » en manque de gloire.
Ces régimes ne fonctionnent pas car ce sont des programmes alimentaires hors du fonctionnement naturel de l'Homme et hors du Principe d’équilibre ÉNERGÉTIQUE entre la vie biologique et la vie spirituelle !

L'Homme en fusionnant en lui la Nature Infinie contient en lui la Terre YANG et le Cosmos YIN : Dragon.


Georges OHSAWA nous propose sept dimensions de formes alimentaires chez tous les êtres vivants dont l'Homme selon son degré d'évolution dans notre Univers.

« 7. L’Énergie spirituelle, La VIE – L'Homme véritable.
6. Les céréales – l'homme.
5. Les fruits – le singe.
4. La viande – le loup.
3. Les végétaux – la vache.
2. Le plancton – le poisson.
1. L'eau de mer – la cellule
 ».


C'est une échelle vraie de progression chez la femme et l'homme dans leur humanité.
Nous commençons notre vie dans le monde vivant, organique, comme un protiste, un « être monocellulaire » qui se nourrit d'eau de mer (il s'agit de sa composition déjà complexe il y 3,5 milliards d'années dans les grandes profondeurs des océans). Certaines transmutations de molécules biochimiques sont le matériau alimentaire de ces micro-organismes dans les océans. Ils sont notre matrice première qui nous a donné forme depuis notre long voyage cosmique ou interstellaire.

Cette échelle progressive en sept ères ou dimensions de la véritable alimentation des Hommes libres est aussi une découverte réalisée par le Compas YIN-YANG.(Nous reviendrons sur celle-ci dans le cycle des conférences YouTube qui est en cours).

Je le redis, rien n'est séparé, séparable, irrémédiable, et chaque empreinte de Parole et de Vie est ici présente à jamais... Il suffit de reconstituer le cryptographe pour ouvrir le « Sésame » de cette mémoire Infinie.

Voyager dans la Conscience du Principe Unique qui anime et représente toute la Connaissance ou la Mémoire de cette immense Œuvre infinie, est la simple redécouverte d'une faculté que nous avons laissée dans l'oubli.
Ce Maître exceptionnel a pointé, façonné et tracé, précisément les points vitaux d'une Voie vers cette faculté naturelle que nous avons tous, cette « crypte spirituelle ».

Le Compas YIN-YANG et le pragmatisme de sa méthode de base, la Macrobiotique, est un « système » admirablement efficace.
Expérimentez par vous-même ; informez-vous, prenez conseil, éduquez-vous ; vous serez inspiré et surtout vous persévérez naturellement.

Un tunnel de cristal a été reconstitué et est maintenu aujourd'hui, toujours dans son efficience pour ceux qui veulent accéder à ce MONDE Paradoxal et Vivant, du PRINCIPE UNIQUE POLARISABLE, figuré par, le « Tapis volant d'Al Addine », la « Lampe du génie des rêves », les « Lunettes magiques », la « Licorne d'or », les « Contes éternels des mille et une nuits », …

Ces mondes réels se sont transformés en « Épisodes Imaginaires » dans nos Inconscients dynamiques, déformés et rendus « non crédibles » par nos sens et nos affects façonnés, trompés , abusés, par une civilisation normative, impérieuse et superficielle.

Les « Lunettes magiques » et « Alice aux pays des sorciers», ce n'est pas une hallucination, c'est un acte d'équilibre dans le recouvrement de la MÉMOIRE, c'est le monde RÉEL !

Ad vitam æternam.

Dr DEYNE, ce 18 octobre 2016.

Aucun commentaire: